La religion et croyances

Comme les autres pays asiatiques, le Vietnam a une culture et une religion très développée. Il faut noter que, même s'il est situé dans l'Asie du Sud-est, la culture du Vietnam est de l'Asie de l'Est. 

C'est une culture semblable à celle de la Chine. En fait, il intègre des éléments de la culture chinoise et d'autres qui proviennent du christianisme ou d'autres cultures étrangères.

La religion et les philosophies religieuses ont influencé la culture vietnamienne. Les valeurs morales et le comportement des Vietnamiens se sont structurées par la pratique des philosophies et des religions populaires comme le Confucianisme, le Taoisme, le Bouddhisme, le Christianisme et deux religions indigènes : Hoa Hoa et Cao Dai.

Ils ont pour coutume d'avoir le culte des ancêtres, du génie protecteur du village (Thanh Hoang), de Bouddha, des esprits, des héros ayant rendu service au pays et au peuple... en particulier de Mau ou Me (Sainte-Mère). 

Aujourd'hui, comme la croyance populaire est prise en considération, plusieurs temples et palais ont été et continuent d'être restaurés avec des activités animées.

Croyances populaires

Pour solliciter une protection, les ancêtres vietnamiens rendaient le culte à plusieurs génies en croyant que tous les objets, notamment le soleil, la lune, la terre, les rivières, les montagnes, … qui concernent directement leur agriculture, dissimulent une âme. Chaque ethnie minoritaire a certes sa propre croyance, mais celles qui sont les plus typiques sont les croyances primitives et populaires. On peut de nos jours en observer les pratiques chez les groupes ethniques tels que Tay-Thaï, Hmong-Dao, Hoa-San Diu-Ngaï, Cham-E De-Gia Rai, Mon-Khmer.

Le culte des ancêtres

L'esprit prédominant de la coutume du culte des Vietnamiens est "Quand on boit de l'eau, on pense à la source". Les générations ultérieures sont reconnaissantes envers les générations précédentes.

La croyance répandue des Vietnamiens est le culte des ancêtres qui est célébré de la façon la plus solennelle, la plus respectueuse lors de la fête du Têt (Nouvel An lunaire). 

Chez les Vietnamiens, le culte des ancêtres est l'expression rituelle de la piété filiale (hieu). Très antérieur au confucia­nisme ou au bouddhisme, il est considéré par certains comme religion en soi. Il procède de la croyance que l'âme du défunt survit après sa mort, et protège ses descendants.

De coutume, les Vietnamiens vénèrent et honorent régulièrement les esprits de leurs ancêtres, en particulier à l'anniver­saire de leur mort. Les prières et offrandes qui leur sont alors vouées doivent apporter la prospérité comme de recouvrer la santé, en même temps qu’ils sont informés des grands événements familiaux, tristes ou heureux : naissances, mariages, décès… Il s’agit de réunir trois éléments pour rendre ce culte : avoir un autel familial, posséder une terre pour assurer l'entretien des ancêtres, et désigner un descendant direct masculin du défunt chargé de perpétuer le culte.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau